Lu et vu pour vous : L’étonnante intelligence des Oiseaux

Date de l'article : 21.03.2019 - 10:00
Auteur : Daniel Guiral
En résumé : La science depuis quelques années est en train de révolutionner notre appréciation des espèces animales et végétales qui nous entourent.
L'article :

Ainsi ce que l’on pensait être un apanage, voire une spécificité, de la seule espèce humaine, comme par exemple :

- Faire preuve d’imagination, pour créer des outils adaptés à une tâche spécifique,

- Développer des démarches prospectives, pour penser à divers futurs et planifier des tâches à réaliser dans l’immédiat afin de disposer le moment venu d’un jeu d’alternatives possibles et ainsi faire preuve de flexibilité,

- Recourir à des raisonnements causaux pour comprendre par expérience que certaines actions ont des conséquences spécifiques mais aussi, et plus complexe encore, avoir la capacité d’adapter ce savoir à des contextes nouveaux pour limiter les phases d’apprentissage par essai-erreur) s’avère aussi partagé par d’autres espèces comme (et nous le pressentions depuis le milieu du XXème siècle) nos plus proches cousins, les grands singes, puis plus récemment, les dauphins, les orques et les éléphants.

Par contre et beaucoup plus nouveau, ce sont ces mêmes outils cognitifs qui sont maintenant retrouvés, et parfois avec encore plus de complexité et de finesse, chez les oiseaux et en particulier ceux de la famille des corbeaux ou des geais mais aussi de celle des perroquets. Le nouvel ouvrage de Nathan Emery, Maître de conférences en biologie cognitive à l’université Queen Mary de Londres (édité en version française par les éditions Quæ) « L’étonnante intelligence des Oiseaux » nous fait découvrir d’une manière simple et dans une présentation très esthétique comment les chercheurs ont pu, par des expérimentations souvent astucieuses et toujours très rigoureuses, mettre en évidence toutes ces formes d’intelligence au sein du vaste monde des oiseaux. À cet égard N. Emery constate que ces oiseaux capables d’analyser et d’agir sur leur environnement et d’interpréter les réactions de leurs partenaires et congénères partagent avec les autres espèces considérées maintenant comme intelligentes le fait de vivre en société et d’avoir un rapport élevé entre le poids de leur cerveau et celui de leur corps.

À lire et découvrir sans modération pour définitivement rendre obsolètes les expressions du type « tête de linotte », « être bête comme une oie », « avoir un crâne de piaf », « être le dindon de la farce »...


Daniel Guiral, retraité, danseur, bonsaï-ka, aquariophile et inconditionnel des "Brins de Botanistes". Membre du CA des Écologistes de l'Euzière depuis 2018 et représentant l'Association au sein de la Commission Locale de l'Eau. Membre du Réseau Eau Languedoc Roussillon de France Nature Environnement. Président de l'Association Départementale des Anciens Maires et Adjoints de l'Hérault (ADAMA 34).