Témoignage de parents sur les camps d'été

Date de l'article : 23.09.2019 - 18:00
Auteur : Pierre et Delphine Lacosse
En résumé : Nous partageons avec vous ce courrier reçu en septembre, suite aux séjours d’été pour jeunes organisés par les écolos.
L'article :

« Chers Écologistes de l'Euzière, chers animateurs et animatrices, cher Hervé,
Je connaissais déjà les écologistes de l'Euzière à travers la personnalité de Benoît Garrone dont j’ai suivi un stage de botanique au tout début de ce siècle. Je ne me doutais pas alors que j'aurai, plus tard, à entretenir une si fervente passion pour les “écolos” et les “colos” de mes deux filles. Cette passion c'est d'abord la leur et c'est parce que bientôt, elles ne pourront plus y aller que je me décide à écrire.

Nous en avons parlé souvent avec Mathias Laroche, comme avec d'autres, et je me promettais, à chaque fin de séjour, après les avoir récupérées heureuses et détendues de vous livrer mes impressions sur le camp de Fiougage. Je n'avais pas pu le faire, rattrapé par le quotidien au retour à la maison. Maintenant, je voudrais vous faire savoir à quel point Benoît Garrone ne s'est pas trompé dans son manifeste écolo et à quel point les acteurs de ces camps, qu'ils soient animateur, cuisinier, hôte ou dans l'ombre des autres, ont su entourer nos enfants pour leur bien-être et pour leur développement personnel.

Lisandre a commencé l'été 2014 son entrée en Margeride. Je vous avoue que nous n'étions pas fiers de la laisser seule avec son groupe, elle qui n'avait jamais vraiment quitté la maison. Elle était impressionnée et nous aussi. Nous venions des confins de la Maurienne où Lisandre vivait depuis son arrivée à l'âge d'un an. Ce premier séjour avait été particulièrement pluvieux et froid, rien de bien méchant pour une petite savoyarde habituée aux altitudes des Alpes du nord et qui avait marqué les animateurs car elle ne voulait jamais se couvrir. Nous les parents, nous suivions le séjour au travers du site Internet et nous guettions la moindre photo pour essayer de deviner ses émotions. Lorsque nous l'avions récupérée, elle voulait rester à Fiougage et là nous avons compris à quel point ce séjour lui avait été bénéfique. Inutile de vous dire que nous n'avions pas à la convaincre lorsque l'hiver suivant, les inscriptions au camp de Fiougage étaient à nouveau ouvertes.

Ninon a commencé son séjour “Bidouille” en 2017. Elle nous avait accompagnés lorsque nous venions chercher Lisandre et l'expérience l'avait tentée. Pourtant, pour cette première participation, les larmes étaient au rendez-vous au moment de se quitter et nous avons encore l'image de Xavier, venant la rassurer. Pour elle aussi, courant pieds nus lorsque nous sommes venus la chercher à la fin du séjour, le départ fut difficile. Il fallait laisser Léonie. On se promettait de se revoir l'année prochaine et ce sera chose faite.

Pour Ninon comme pour Lisandre, Fiougage c'est d'abord les amis. Ces contacts qui se perpétuent toute l'année grâce aux réseaux sociaux permettent de magnifiques retrouvailles à chaque nouveau camp. Pour nos filles qui sont loin de la région de Montpellier et n'ont donc pas forcément de contacts réguliers avec leurs amis de la “colo”, c'est à Fiougage que chaque fois on se tombe dans les bras. Les animateurs et animatrices sont aussi ces grands frères ou grandes soeurs qui veillent, organisent le jeu, écoutent, soignent, nourrissent et font rire. Ils sont retrouvés avec plaisir à chaque nouveau camp. Je ne les citerai pas par peur d'en oublier mais j'espère qu'ils verront dans cette lettre toute la gratitude envers leur investissement, leur patience et leurs inquiétudes. Nous nous devons aussi, de remercier Hervé. C'est bien sûr parce qu'il permet la tenue de ce camp sur ses terres, mais c'est aussi pour ce contact simple et attentif envers nos enfants.

Pour les parents que nous sommes, la sécurité de nos enfants passe avant tout, mais la sécurité à elle seule ne fait pas le bonheur ni même le développement. À Fiougage, nos filles ont trouvé, en plus de la sécurité, cette liberté créatrice, ce respect des rythmes de chacun. Ce “bain de nature” ouvert à la nuit comme au jour, dont parle Benoît Garrone est un aspect essentiel du bonheur que nos enfants ramènent à la maison. C'est évidemment pour nous, le moyen d'en faire des citoyens éclairés. Éclairés sur leurs capacités, sur les autres et sur des façons de vivre en harmonie loin du tumulte du Monde.

Les Écologistes de l'Euzière ont su mettre en place une pédagogie de la liberté, tournée vers la nature et emplie du respect des différences de chacun. Ce partenariat avec Hervé au profit des enfants est une pièce maîtresse de la qualité de ces séjours et nous ne pouvons que souhaiter qu'il perdure et que d'autres se l'approprient car il nous semble être un modèle d'éducation à l'environnement.

Nos remerciements chaleureux vont bien sûr d'abord aux acteurs de terrain de ces camps mais aussi aux “petites mains” qui font que ces séjours sont toujours très attendus. J'espère, dans un temps où l'on s'est éloigné de la nature à un point inconnu de l'humanité, que les Écologistes de l'Euzière sauront maintenir ce partenariat au profit d'autres enfants et donc d'autres acteurs de demain. »


Pierre et Delphine Lacosse, parents d' enfants ayant participé aux camps d' été.