• image logo.png (25.6kB)

    Laiteron - Latisson - Cardelle

image fork2.jpeg (3.0kB)
  • Où la chercher ?

  • • Partout en France.
  • • Sur les terres remuées, bord des chemins, jardins, terrains vagues, fossé, cultures. (S.oleraceus est plus nitrophile que S.asper.)

  • image img000725240L.jpg (34.5kB)
    Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA

Deux espèces :
Sonchus oleraceus L. (Composées)
- Sonchus : du latin sonchos, emprunté au grec sonkos,
- oleraceus : cultivé comme légume.
Sonchus asper L. (Composées)
- Sonchus : voir le précédent,
- asper : rude, rapeux.
Nom français
Laiteron, Salade de lièvre.
Languedoc
Laitisson, Alarega et tous les noms désignant les plantes du genre Sonchus : Lacheta, Lachenca, Lachasson, Lachairon, dérivés de lach : lait.
Localisation non spécifiée
Cardèla : petit chardon, aspect de la plante,
Lachasson, Lachairon, Alachalèbre* : allaite-lièvre.


Quand la cueillir ?

De l’automne au printemps.

Un peu d'histoire

Le laiteron était déjà connu dans l’Antiquité, mais il semble qu’on en ait surtout consommé les racines, ce que Matthiole rapporte aussi pour l’Italie au XVI e . L’Andalou Ibn al-Beithar (XIII e siècle) le signale comme un “légume des Juifs”. De nos jours, il est très consommé comme légume en Grèce,
et on le trouve à la Réunion sous le nom de “brède lastron”. Tous les laiterons sont considérés comme d’excellentes “herbes à lapin” comme le confirme le dicton “Quand naisse un conieu, naisse dous cardèlas” (Quand naît un lapin, naissent deux laiterons). Ce dicton optimiste est aussi une objection adressée “à ceux qui se plaignent d’avoir trop d’enfants” (E. Rolland). Ils n’ont jamais eu, à tort, une grande réputation comme salades sauvages.

Sonchus oleraceus : comment la reconnaître ?

  • image Sonchusole.jpg (27.2kB)
    C’est une plante annuelle en rosette plus ou moins dressée, à latex très abondant, cœur pelucheux. La racine est épaisse (ou charnue), à chair blanchâtre ou verdâtre.

  • image Sonchusoldess.jpg (5.2kB)
    Les feuilles, de couleur vert tendre à violacé, ont des découpures très variables. Les segments sont situés dans un plan différent de celui de la feuille, le terminal est généralement plus grand. Le pétiole est bordé par le limbe ; les nervures secondaires constituent un réseau.
image img000175327L.jpg (14.8kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Les fleurs, groupées en capitules, sont jaunes.

Goût : doux et agréable.
Odeur : non caractéristique.

Sonchus asper : comment la reconnaître ?

  • image SonchusaJW.jpg (47.6kB)
    C’est une plante annuelle en rosette vert glauque, d’aspect épineux. Le cœur est pelucheux (poils en chaînettes visibles à la loupe).
  • image img000017507O.jpg (13.4kB)
    Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
    Les feuilles, un peu rigides, spinuleuses (presque épineuses), sont sessiles et sans poils. Elles sont de forme obovale.
image img000175317L.jpg (8.9kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Les fleurs, groupées en capitules, sont jaunes.

Goût : doux et agréable.
Odeur : non caractéristique.

  • Salades ressemblant à S. oleraceus

  • Sonchus tenerrimus L. Ce laiteron bisannuel ou vivace, à feuilles glabres, croît sur les dunes, les rochers, les murs et les décombres du littoral méditerranéen. Il se distingue de S. oleraceus par ses segments plus linéaires.
image Slection_003.png (20.8kB)
Hyoseris radiata L. Cette salade est une plante vivace aux feuilles ayant des segments disposés comme le précédent. Elle pousse dans le même habitat, mais en Provence et dans les Pyrénées-Orientales. Elle se distingue des laiterons par son cœur qui n’est pas pelucheux. A été consommée comme salade. Sa répartition étant très limitée, sa cueillette est à proscrire.

Salades ressemblant à S. asper

Beaucoup de plantes des friches sont épineuses et sont regroupées sous le nom de chardons. Elles n’ont jamais de lait à l’exception du Scolymus hispanicus L. qui a les feuilles plus rigides et maculées de blanc.

On trouve de nombreux hybrides de ces deux espèces, difficiles à identifier. La plupart de ces plantes se retrouvent sur les décombres et les terrains remués par l’homme. Elles sont toutes comestibles.