• image 3247_7.jpg (0.2MB)

    Laitue Saint-Joseph

image fork2.jpeg (3.0kB)
  • Où la chercher ?

  • • Un peu partout en France, plus abondante dans le sud.
  • • Fossés, talus, terres remuées ou labourées, jardins, cultures, terrains vagues.

  • image img000035691L.jpg (39.9kB)
    Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA


  • Quand la cueillir ?

  • D’octobre à avril ; la Saint-Joseph est le 19 mars.


Lactuca serriola L. (1756) (Composées)
(Lactuca scariola L. (1763), retenu par Bonnier, Coste et Fournier)
- Lactuca : voir Breou-Laurige
- serriola : dérivé de scariola, nom latin tardif (VI e ) de la scarole (Cichorium endivia L.), dérivé du latin escarius, "comestible". La forme serriola est due à une lecture fautive par Linné, influencée par le grec seris ("laitue") ou le latin serra ("scie", allusion aux épines des
feuilles). Linné s'est corrigé lui-même ultérieurement, mais le nom correct reste le premier publié.
Syn. Lactuca sativa L. dans la Flore méditerranéenne.
Nom français
Laitue sauvage : laitue vient du latin lactuca. C’est une plante annuelle en rosette, parfois à feuilles dressées ; présence de latex au collet.
Languedoc
Escaròla ; vient du latin Scariola.
Pinchinèla, Penche, peut-être par confusion avec la Cardère Dipsacus fullonum L. (voir plus bas).
Lachuga salvatja, laitue sauvage, Èrba de Sant-Josèp, Lenga d’auca, langue d’oie.
Provence
Escaròla voir languedocien
Lachuga fèra Laitue sauvage
Doceta*, Doceta de camp : Doucette des champs.

Un peu d'histoire

Lactuca sativa est l’un des ancêtres présumés de la Laitue cultivée, qui a pu être d’abord domestiquée pour ses graines oléagineuses, et apparaît déjà cultivée comme salade en Égypte vers 4500 avant J.C. Les premières variétés avaient des feuilles lancéolées. La diffusion de la laitue en Europe date de l’Empire Romain. Elle est mentionnée dans le Capitulare de villis de Charlemagne (812) et dans les comptes de l’évêque d’Avignon en 1316 (Stouff). Les laitues romaines, à feuilles allongées et non pommées, apparaissent aux XII-XIII e siècles (Andalousie, Italie) et sont introduites d’Italie en France au XIV e . Leroy-Ladurie écrit qu’elles sont “venues dans les bagages des papes d’Avignon, elles s’installent dans la huerta du bas-Rhône”. La première mention des laitues pommées date de 1543. La gamme s’élargit en Europe de l’Ouest aux XVII-XVIII e siècles pour donner les types que nous connaissons aujourd’hui.

Comment la reconnaître ?

  • image LactucaserrPG.jpg (22.2kB)
    C’est une plante annuelle en rosette, parfois à feuilles dressées ; présence de latex au collet.
  • image img000039961L.jpg (13.6kB)
    Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
    Les feuilles, d’un vert gai sur le dessus, un peu glauque sur l’envers, sont sessiles, sans pétiole net, dentées ou plus découpées (jusqu’à la moitié). Elles sont sans poils, sauf sur l’envers de la nervure principale. La nervure principale, saillante sur l’envers, de section triangulaire, a des poils sur le dos qui se transforment en épines. Les nervures secondaires, sans poils, sont en réseau.
image img000188372L.jpg (8.7kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Les fleurs sont jaunes.

Goût : doux (amer pour les plantes âgées).
Odeur : sans odeur (fétide pour les plantes âgées).

Attention aux confusions

Lactuca virosa L., plante toxique par la présence de substances narcotiques, si elle est consommée en quantité notable. Elle est généralement plus grande et plus glauque. Elle possède des poils qui se transforment en dents épineuses sur toutes les nervures au-dessous des feuilles. Son odeur est plus fétide. Lorsque la plante est en fleurs (jaune pâle), ses feuilles restent étalées horizontalement, alors que celles de L. sativa sont orientées plus ou moins verticalement.

Urospermum picroides (L.) Scop. ex F.W. Schmidt, très amère, d’odeur fétide (surtout le latex), a la nervure principale saillante sur l’envers et ronde en coupe, alors que L. sativa a une nervure triangulaire. C’est une rudérale commune (fleurs jaunes).

Sonchus arvensis L. n’a pas de poils au dos de sa nervure principale. Possédant une souche rampante, il peut être vivace. Cette plante à fleurs jaunes n’est pas fréquente dans le Midi méditerranéen.

Dipsacus fullonum (L.) Honck., la cardère, dont les inflorescences ont servi à peigner les draps, pousse dans les lieux frais et humides. Elle présente des feuilles opposées, un peu gaufrées et de très fortes épines (pas des poils !) au dos de leur nervure principale. Elle n’a pas de latex. Ses fleurs très petites, bleu-violet, sont regroupées en une tête un peu épineuse.

– L’onagre (Oenothera, dont il y a plusieurs espèces) a une grosse racine pivotante charnue en forme de carotte et exhale une odeur de feuille fraîche de noyer. Ses feuilles dentées, finement poilues, ont des nervures secondaires nettement visibles et parallèles.