image logo.jpeg (4.9kB)

Les oseilles




Sont rangées sous ce terme toutes les espèces vivaces de petite taille du genre Rumex dont les feuilles sont en forme de flèche ou de hallebarde (feuilles sagittées). Elles sont plus ou moins rassemblées sous le nom d’Eigreta, mais il faut faire attention à leur utilisation, car ces plantes ont un goût acide, très caractéristique. Elles contiennent toutes de l’acide oxalique.


image Rumex_acetosella.jpg (27.6kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Rumex acetosella L. ou petite oseille : petite plante à feuilles épaisses, vert foncé, souvent rougeâtres ainsi que la tige (au point que certains prés ont, de loin, une couleur rouge à cause de l’abondance de cette espèce). Très commune dans les terrains siliceux à sols peu épais (plus rare en région méditerranéenne).









image Rumex_acetosa.jpg (39.4kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Rumex acetosa L. ou grande oseille : assez proche de la précédente, mais plus grande et à feuilles plus larges. Écologie proche mais sur sols plus profonds.










image Rumex_intermedius.jpg (24.3kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Rumex intermedius DC. : souche épaisse et feuilles étroites, ondulées sur les bords, à oreillettes souvent incisées, est une plante fréquente des terrains rocailleux du Midi.










image Rumex_scutatus.jpg (62.6kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Rumex scutatus L. : plus rameuse, à feuilles aussi larges que longues, non rougeâtres et plus glauques. Fréquente plutôt les rochers ou talus pierreux des montagnes calcaires.










Deux oseilles ont été cultivées :

image Rumex_patientia.jpg (33.1kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
  • L’oseille épinard ou patience cultivée (R. patientia L.), nommée lapathum par les Anciens, dont les feuilles ont une saveur moins acide. Vilmorin-Andrieux lui accorde les qualités d’être extrêmement productive et très précoce, elle commence à donner des feuilles dès la sortie de l’hiver








image Rumex_rugosuspreview.jpg (11.5kB)
L’oseille commune ou oseille des jardins (R. rugosus Campd., syn. R. acetosa L.) qui l’est toujours. Sa culture s’est toujours effectuée à une petite échelle, avec un pic à la fin du XVII et début du XVIII siècle, dans les environs de Paris. Vilmorin-Andrieux rapporte qu’elle était surtout consommée cuite et que ces feuilles était parfois cueillies, feuille à feuille, au couteau, en ne prenant que celles qui étaient développées, pour obtenir une production plus abondante et plus soutenue.








Salades ressemblantes

D’autres Rumex sont assez proches. Avec des feuilles en forme de flèche.

Rumex arifolius All. (syn. Rumex alpestris Jacq.) : grand (jusqu’à un mètre), dressé, pousse dans les forêts montagnardes de
hêtres.
Rumex roseus L. (syn. R. tingitanus L.) est un véritable sous-arbrisseau à feuilles épaisses et tiges rouges. Pousse exclusivement sur les dunes.

Les plus grandes espèces (Rumex crispus, conglomeratus, arifolius, aquaticus...) n’ont pas de feuilles en forme de hallebarde.
Rumex bucephalophorus L. est une espèce annuelle des zones littorales à feuilles ovales allongées.