image logo.png (27.5kB)

Galinette

image fork2.jpeg (3.0kB)
  • Où la chercher ?

  • • Partout en France, plus abondante dans le Languedoc.
  • • Pelouses un peu fraiches, bord des chemins, terrains vagues, friches anciennes, pâtures.

  • image img000017779L.jpg (64.1kB)
    Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA





Podospermum laciniatum DC. (Composées)
- Podospermum, du grec pous, podos, pied et spermum, graine. La Grande Flore de Bonnier indique “fruit porté par une sorte de pied”,
- laciniatum : à feuilles découpées en lanières. (Syn. Scozonera laciniata L. dans la Flore méditerranéenne.)
Languedoc
Escorzonera, Bochicraba, Farnosèla, Barbaboc de pòrc : salsifis de porc,
Creissèl : de croître, nom donné à toutes les plantes poussant dans les prés (Alibert).
Provence
Galineta : poulette,
Barbaboc de camp : salsifis des champs,
Cracinèu* : de cracinar, craquer, J crépiter.


Quand la cueillir ?

Octobre à avril. Doit être ramassée jeune car ses feuilles deviennent rapidement dures. On peut la ramasser avec la racine, épaisse et délicieuse. Quand c’est possible, ne cueillir qu’une partie des feuilles en les coupant à la base.

Un peu d'histoire

Une espèce voisine, la scorzonère, Scorzonera hispanica, a d’abord été cultivée au XVI e comme plante médicinale, et depuis le XVII e comme légume. Elle a des racines cylindriques et noires (mais blanches à l’intérieur) et des fleurs jaunes, ce qui permet de la distinguer du vrai salsifis (Tragopogon porrifolius), qui a des racines coniques et blanches et des fleurs pourpres. Avec l’industrialisation de la transformation, elle a totalement supplanté le salsifis. Les “salsifis” en boîte sont tous des scorzonères.
Garidel (1715) note : “Cette espèce est fort connue sous le nom de Galinetos. Les petits enfants les mangent et plusieurs la mettent dans les salades que l’on appelle champêtres”. Honnorat, dans son dictionnaire (1846), écrit “on donne le nom de cressinelo à ses jeunes pousses, qui sont très bonnes en salade, à l’époque du premier printemps”. Elle est toujours consommée, parfois sous le nom d’araignée (marché d’Aix-en-Provence).

Comment la reconnaître ?

C’est une plante annuelle ou bisannuelle en rosette dont les feuilles sont plus ou moins dressées, à cœur feutré (longs poils enchevêtrés). La racine cylindrique blanche a une écorce brun clair.

  • image img000070353L.jpg (5.5kB)
    Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
    Les feuilles sont creuses, celles du centre découpées en lanières, celles de la périphérie entières.
image img000298106O.jpg (31.3kB)
Réseau Téla Botanica, CC-BY-SA
Les fleurs, groupées en capitules, sont jaunes.

Goût : doux.
Odeur : peu caractéristique.

Salades ressemblantes

– Salsifis : les premières feuilles linéaires de la Galinette peuvent la faire prendre pour un salsifis, mais elle n’en a pas la couleur glauque, et sa feuille n’est pas autant en gouttière au-dessus. La présence de latex suffit à écarter les autres plantes à feuilles étroites et linéaires.
Scorzonera humilis, poussant en touffe et à fleurs jaunes, se trouve dans les zones humides, surtout de montagne : elle est parfaitement comestible, mais à épargner car c’est une plante peu courante.